28 octobre 2012

Jakarta aux piétons

Nous sommes donc descendu hier au Méridien (motivé par le souvenir de notre nuit journée passée l'année passée au frais d'Air France à Abu Dhabi suite au problème technique de l'appareil à notre retour), légèrement décu en arrivant par l'hotel (Sandrine en fait qui ne trouve pas la piscine au top et le parquet un peu rayé, moi je suis loin d'être aussi difficile, surtout que le café proposé en chambre -il y a souvent du café/thé dispo en chambre dans les chaines d'hôtels internationales, on trouve de tout, du simple nescafé instantané en passant au nespresso, et parfois, comme ici, un mélange de café propre à l'hôtel à préparer soi-même en le faisant infuser dans une cafetière à piston- est tout simplement délicieux, un mélange de divers cafés provenant des îles indonésiennes de Bali, Sumatra et Bornéo, peu d'amertume, des notes de fruits rouges et un accent de chocolat noir. Bon tout le monde s'en fout, mais si je n'ai même plus le droit de raconter ce que je veux sur mon blog de vacances ;-) Re-note pour Fred, ils avaient quelques sachets en trop, on pourra gouter, j'en ai assez pour d'autres aussi).

DSCF1177 copie

Ce matin, on est descendu plein d'espoir au petit déjeuner, et cette fois, impossible d'être déçu, un choix incroyable, des préparations originales non encore rencontrées ailleurs (par exemple toast au saumon fumé recouvert de son oeuf mollet, délicieux et frais ou dans les  boissons smoothies papaye-banane-menthe), vraiment de quoi se faire plaisir et remonter l'estime de Sandrine pour cet hôtel.

Dire de digérer, on pensait faire une visite en ville, mais en quittant l'hôtel, on s'est aperçu que le dimanche matin, c'est dimanche sans voiture à Jakarta.

DSCF1171 copie

Quelle différence, le silence, presque personne dans les rues, les 2 fois 2 fois 2 voies rien que pour nous. On a donc marché quelques kilomètres et fait la rencontre d'un club de cyclistes local (eux aussi cèdent aux effets de mode et on soit un énorme VTT pour descendre la montagne avec des resorts de partout pour rouler sur le macadam ou encore des fixies fluo, pour ceux qui ne connaissent pas, vous prenez un vieux vélo de course, nelevez les freins, le dérailleur et la roue libre et vous avez un fixies, c'est "hype" chez les hypsters barbus nord américain, et chez les indonésiens aussi) qui a insisté pour poser sur une photo avec Sandrine.

DSCF1186 copie

Des gens sympas au final.

11h10, retour à la vie normale, on quitte cette athmosphère étrange de grand rue vide la "I'm a legend" et le traffic reprend ses droits en quelques secondes, vombrissements, pollution et klaxons de retour.

Bon, c'est pas tout ça, mais on a un avion à prendre, plus de nouvelles à attendre (sauf escale inattendue).

 

Posté par nick11 à 09:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


26 octobre 2012

Avant-dernier jour sous le soleil balinais...

Et oui, demain samedi à 14h, nous reprendrons l'avion pour rejoindre Jakarta. Notre vol de retour est prévu dimanche en début de soirée. Euh non, pas en cerf-volant hein (ici se déroule chaque année un festival de cerf-volant. On a craqué pour celui-ci ....)

DSCF1084 copie

Bon, assez ecrits de choses déplaisantes. Hier, je n'ai meme pas eu le temps de vous poster une bafouille ;-)

Nous avons profité de la plage, de notre piscine et au soir, nous nous sommes offerts un énorme plateau de la mer (langoustes, crabes, poisson frais, gambas, brochettes de thon, ....). Je vois d'ici votre tete .... Ben oui, j'ai mangé des crustacés. Ils sont tout frais ici donc pas de risque d'allergie aux colorants et autres conservateurs. C était bon mais loin de l'innoubliable saveur du crabe de Kampot (voir blog Cambodge 2008).

DSCF1140 copie

DSCF1153 copie

Ce matin, nous avons rejoint le nord de la plage pour aller voir la maison du peintre belge Adrien le Mayeur de Merpes. Un petit belge arrivé à Bali en 1932 (après avoir visité l'Europe, l'Inde, Tahiti,....), qui a épousé une jeune danseuse de 15 ans et s'est installé ici jusqu`à ce qu'un cancer le ramène en Belgique pour le soigner. Pas de chance, il est enterré à Ixelles. La petite danseuse est retournée à Bali et la demeure (bien garnie en pièces d'eouvres d'art locales) est devenue un musée. 

DSCF1039 copie

DSCF1048 copie

 

DSCF1051

 

Alors, si la maison et surtout les oeuvres exposées sont une vraie désolation pour l'historien de l'art (n'importe quel restaurateur de peinture qui franchit la porte fait un infar : aucune mesure de conservation, température intenable,....) mais c'est quand meme sympa de voir des vues d'Ostende à 10 000 Km de la reine des plages!



DSCF1088 copie

 

DSCF1091 copie

 

 

 

Nous sommes ensuite rentrés en longeant la plage (une chouette petite digue qui longe la plage sur 5km).

Là, on se prépare à faire un plongeon dans la piscine... (euh non, ca c'est notre petit plongeur !)

DSCF1065 copie

Bon vendredi à tous !

DSCF1095 copie

 

Miss S.

 

 Comme vous le constatez, ce voyage arrive à sa fin et on a pas fait la moitié de ce que l'on avait prévu (comme d'habitude).

Donc, pas de dragon de Komodo (et du même coup, pas de petite île paradisiaque rien que pour nous), pas de passage sur Lombok ni sur Gili, pas de morts vivants sur Sulawesi.

Mais ce n'est pas grâve. D'un coté, ça nous a permis de passer plus de temps que prévu sur Java (l'Ijen n'était clairement pas au programme par exemple), d'avancer à un rythme des plus relax et de tout de même avoir un gout de Bali (les Indonesiens ne comprenaient pas très bien pourquoi on ne restait pas à Bali quand on leur expliquait notre programme au début du voyage).

Mais ce n'est que partie remise, les îles à l'est (ou au Nord) de Bali sont tout de même nettement moins touristiques que cette dernière, et vu que dans quelques années, Alix ne pourra plus s'absenter de l'école en plein mois d'octobre, il faut qu'on se laisse des destinations réalisables sans grosse foule durant les vacances scolaires.

Ce ne sont de toutes façons pas les destinations qui manquent: les îles ici à l'est, un petit retour au Guatemala et/ou Honduras (on a plus de Ron Zacapa), en Equateur, au Nagaland, en Ouzbékistan (et tout ces pays en "stan"), on sera probablement dans les premiers à retourner en Syrie, ils ne vont pas continuer indéfiniment, la Corée ("Gangnam Style", même ici ils connaissent), retourner en Scandinavie, et dans les Pays Baltes, louer un vieux roadster vert pour parcourir l'Ecosse, l'échanger contre un 4/4 pour traverser l'Atlas, un side car pour 'decouvrir le nord de l'Inde et revendre les trois pour réunir un budget suffisant pour l'Islande ou le Japon.

Ensuite, il faudra se plonger dans les profondeurs du continent africain, Malawi, Zambie, Erythrée ou Namibie, autant de nom à découvrir...

 

Il semblerait que ce blog a encore une longue vie devant lui, non?

Pour 2013, tout est déjà décidé (ou presque): un classique Moscou - Saint Petersbourg vers la fin de l'hiver/début printemps et le Myanmar/Birmanie pour octobre.

Posté par nick11 à 09:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

20 octobre 2012

Ubud

Comme expliqué hier soir, nous avons déposé nos sacs dans un superbe endroit, Gaya Villa (vous ne saviez pas que j'avais une tête à chapeau, moi non plus. Mais vu que ça tape assez fort, et qu'il est temps d'aller dire bonjour au coiffeur...).

DSCF0798 copie

 

Pas très loin du centre d'Ubud, deux ou trois km, ils proposent une navette gratuite pour se rendre dans le village.

Ici, à distance du centre, on peut profiter du calme de la campagne, entendre les grenouilles croasser et les geko gekotter (on l'a déjà dit, mais ces petits lézards crient vraiment "Ge-kooooo"super fort, soit).

Le jardin est magnifique. La piscine juste à coté de notre villa.

DSCF0799 copie


Parce qu'on a toute une villa pour nous, tout ce que vous voyez sur la photo, et vous ne voyez pas l'étage ni le bain en plein air à l'arrière.
Pour 66 euro TTC avec petit dej par nuit, c'est peut être un peu cher pour la région (quoi que les resorts exclusifs à plus de 500 la nuit semblent ne pas manquer) mais ça vaut largement la peine.

DSCF0800 copie

 

Après un très bon petit déjeuner (pour une fois, pas d'oeuf, ni de nouilles, ni de chips aux crevettes -si les kroepoek au petit dej, c'est classique ici), on est descendu à Ubud.

L'ambiance est forcément bien differente de Java, très peu de musulmans dans la région, beaucoup plus d'hindouiste.

Partout, dans chaque maison, à chaque coin de rue, un temple dédié à l'une ou l'autre manifestation divine. Et du même fait, plus de mosquée.

DSCF0721 copie

DSCF0751 copie

 

Alix ne se laisse pas impressionner par ces figurines plus ou moins monstrueuses et garde le sourire.
Même pas peur...

 

DSCF0724 copie

DSCF0726 copie

Encore une fois, beaucoup de couleur, beaucoup de soleil, c'est agréable.

DSCF0725 copie

DSCF0768 copie

DSCF0732 copie

 

Celui-ci ressemble furieusement à un de nos patients dont je tairai le nom.
Au moins jusqu'à mon retour. (de toutes façons, ça devrait lui faire plaisir d'être un dieu par ici, non?)

DSCF0733 copie

 

 

Après avoir déambulé dans quelques petits temples et pris quelques minutes pour se désaltérer, on s'est rendu dans la rue marchande, monkey forest street.

DSCF0767 copie 

Alix a mis en avant ses talents de musicienne et Sandrine se renseigne sur le prix d'un conteneur pour ramener par chez nous tout ce qu'elle envisage d'acheter (20 pieds sur 8 sur 8,5, ça devrait suffire j'espère).

DSCF0758 copie

Elle n'a rien acheté aujour'hui, mais je sais que ce n'est que reculer pour mieux sauter.

Au moins, c'est assez agréable, pas mal de galerie d'art vendant des "antiques" de belle qualité (vieille de deux ans max, mais ça ne se voit pas) ou des oeuvres d'artistes contemporains locaux (on a peut-être trouvé une toile que l'on pourrait placer dans le hall à gauche pour remplir cette énorme mur vide, mais la question du comment transporter revient, même pas sur que ça rentre dans un conteneur, soit)

DSCF0760 copie

 

Avant de rentrer, on tombe sur un cours de danse pour les petites filles locales.
Elles ne sont pas toutes également douées, çamanque encore un peu de synchro, mais c'est déjà beaucoup mieux que tout ce que je sais faire, donc...

 

DSCF0771 copie

DSCF0775 copie

DSCF0778 copie

Et bien sur, toujours l'orchestre pour accompagner.

DSCF0797 copie

Bon weekend.

Posté par nick11 à 13:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Java - Ubud, le transfert le moins cher du siècle

 

DSCF0684 copie

Hier, nous avons dnc quitté notre hôtel de Banyuwangi,le Ketapang Indah hotel, à l'extrême est de Java pour rejoindre Ubud.

Le plan était de prendre le ferry (2km de l'hôtel) pour ensuite prendre un bus vers Denpasar une fois à Bali et de là un bus ou taxi pour Ubud.

 

Le ferry pas de soucis, et pas cher, les 40 minutes de traversée ne reviennent qu`à 1,4 euro pour nous trois, pas cher.

 

DSCF0677 copie

 

Au moment de sortir du ferry et chercher la station de bus, un homme nous aborde pour nous proposer de nous prendre dans son véhicule pour rejoindre Denpasar. Quant au prix qu'il demande,zéro, nada, for free!

Vu comment je suis toujours suspicieux et peu habitué d'avoir du bol (ou le contraire peut- être), la personne ne question ayant une bonne tête, on accepte de suite.

On se présente, échange nos cartes de visite (important la carte de visite en Asie, ça permet toujours de bien commencer une rencontre), pour découvrir que notre chauffeur du jour (qui ne conduira que 3 km, son ami -ils étaient deux- prenant le volant ensuite) était en fait le directeur d'une boite important des produits animaliers d'Europe, complexe vitaminé, médicaments, nutriments et autres, un truc en form qui existe chez nous, vétérianire tout comme son co-pilote.

DSCF0706 copie

Il s'excuse rapidement de devoir faire un arrêt pour acheter du poulet spécial pour sa femme (à l'ail, pas de doute vu l'odeur qui nous a poursuivi tout le long du chemin) et nous avertit qu'il va faire un arrêt dans le village de sa famille pour une petite cérémonie, l'occasion de voir un peu le vrai Bali dit- il.


DSCF0701 copie

DSCF0702 copie

 

 

 

DSCF0708 copie

 

On a été servi, accueilli comme la famille chez des gens que l'on ne connait pas, on a gouté à plein de truc bizarre plus ou moins bon, rencontré plein de gens gentils et intéressant, bref, ça a duré une bonne heure trente (et on est reparti avec 2 kg de bouffe, honte à nous, mais impossible de dire non).

DSCF0711 copie

Une fois arrivé à Denpasat, il fait déjà nuit noire (pas loin de 19h, on a change de fuseau horaire en passant sur Bali), mais pas de problème notre hote du jour après un arrêt dans sa maison de Denpasar (il habite Bogor près de Jakarta, mais a une maison dans son village et une à Denpasar, pas trop grande parce que le m2 est cher dit-il pour les études de ses enfants, de 4 à 14, car il veut que ceux-ci bénéficient de l'enseignement balinais, Bogor étant fort musulman -docn enseignement différent, en tout cas pas correspondant à ses coutumes à lui, aucun jugement de valeur là dedans hein). Enfin soit, pas trop à plaindre je pense.

DSCF0714 copie

Toujorus est- il qu'une fois chez lui, alors que l'on pensait prendre le taxi pour rejoindre Ubud, il a refusé et a demandé à son chauffeur (j'imagine celui qui conduit ses enfants à l'école, on a tous un chauffeur, non?) de nous conduire jusqu'à notre hotel!

A nouveau, impossible de refuser.

 

On prend donc congé de notre bienfaiteur du jour pour découvrir notre logement pour ces trois prochains jours (au moins), le gaya villa.
Et beh, c'est superbe, fusion italo-balinaise (c'est ce qu'ils disent) avec un resto italo-balinais (délicieuse huile d'olive très fruitée et je suis super difficile là dessus, fettuccine frutti di mare, minestrone au délicat fumet, etc, etc...). En plus, il y a une gelateria !

 

Des photos ce soir peut- être.

 

 

 

Posté par nick11 à 04:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 octobre 2012

On est revenu de l'enfer.

Aujourd'hui, ayant plein de temps devant nous depuis que nous vons congédié notre chauffeur (il était très bien, très -voire trop- prudent, mais sa notion de prix fixé qui peuvent éventuellement être modifié n'était pas trop à mon goût. Donc on a stoppé plus tôt que prévu notre "collaboration"; tant mieux, ça nous laisse plus de temps ici) nous avons décidé de visiter le Kawah Ijen.

Sur la carte, c'est tout près de là où on loge, mais la réalité est "légèrement" différente. Il faut déjà dire que le cratère culmine à plus de 2500 mètres et nous logeons sur la plage. Enuite, l'état des routes laisse vraiment à désirer.

 

On commence par une petite ballade en jeep, en effet, impossible vu l'état de la route de se contenter d'une simple voiture.

ijen-1

Ensuite, un bon 800m à monter à travers la dense forêt parce que la route est en travaux et donc impraticable, on quitte donc la jeep pour en rejoindre une deuxième sur le tronçon de route à nouveau praticable.

En route, on rencontre nos premiers porteurs de soufre en train de vider leur précieuse marchandise (600 roupies du kg seulement, et ils portent entre 80 et 120kg par voyage, deux fois par jour, on y reviendra) du camion pour le transport vers l'usine (pour eux aussi la route est coupée)

ijen-2

Cette année, on (je) est équipé.

Ayant anticipé les chemins impraticables à la poussette et le peu de probabilité de voir Alix se taper plusieurs km de montée, on a commandé un piggyback rider, une sorte de barre sur laquelle elle se tient debout, confortable pour elle comme pour moi.
Trouvable à pas trop cher sur le net (bien moins que sur leurs site): http://piggybackrider.com/ 

ijen-3

Après un nouveau trajet en jeep, on nous dépose au pied du chemin menant au sommet du Kawah Ijen.

3km de bas en haut.

Au début, c'est large et relativement pas trop escarpé, tranquille, les porteurs descendent la clope au bec.

 

ijen-4

Certains sont sympas et profitent de la rencontre pour faire une petite pose. Ils sont tous prêts à poser contre quelques roupies, ou quelques OREO (vous savez combien je n'aime pas donner de lárgent pour une photo, donc les oreo c'était très bien, et ils ont besoin de sucre ces gens)

ijen-5

 

Un peu plus loin, la déclivité va en augmentant, on ne rigole plus.
Si vous passez par là, le pire passage est entre les borne 900 et 1900, ça monte vraiment, mais vraiment dur (surtout avec Alix sur le dos). Il y a des bornes tous les 100m, mais il vaut mieux pas les regarder, de peur de perdre le moral).

ijen-6

Eux descendent avec du soufre, moi je monte avec Alix, ça crée des liens, et en fait même rire certains. (mais bon, je ne ferais probablement pas le malin avec 80kg sur l'épaule, même en descente)

ijen-7

Après les deux premiers km, ça se corse encore un peu pendant 250 mètres, le restant étant un faux plats.

Pour l'info, on grimpe tout de même encore de près de 500m sur ce dernier km (et comme déjà dit, ce n'est pas la partie pire!).

ijen-8

 

On arrive enfin au bord du cratère.
Pour le moment, pas mal de brume, on entraperçoit à peine le lac en son fond.


DSCF0591 copie2

 

Les signaux sont clairs, on est pas au bout de nos peines.

ijen-9

Et en effet, pour descendre au fond du cratère, la large piste poussiéreuse laisse place à un fin passage vertigineux composé de roches instables. C'est ici que l'on se rend vraiment compte de la difficulté du boulot de ces porteurs de souffre (pas que l'on en ait douté jusqu'ici hein). 

ijen-10

Dans le fond du cratère, derrière les solfatare, on voit se dessiner le lac acide, encore caché à cette heure par une brume épaisse.

ijen-11

Les techniques des porteurs sont diverses, la plupart portent deux charges réunies par un morceau de bois sur l'épaule, d'autres préfèrent tout emballer. La plupart font deux voyages distincts, d'autres font des aller et retour sur de plus petites distances, laissant leur charge en chemin pour venir la réupérer un peu plus tard.

ijen-12

Fameuse charge quand même, je parle du paquet, pas d'Alix (mais en fait c'est un vieux truc connu, le paquet est loin devant et parait bien plus gros. Ou pas.) 

ijen-13

Ca se dégage,  le lac se dévoile enfin. Un km de long sur 600m de large tout de même.

DSCF0595 copie2

Sa couleur est due au mélange d'acide sulfurique, chlorhydrique et fluorhydrique qui le compose, sympa.
plus on descend dans le cratère, au plus il se dévoile.

ijen-14

Tout le long de sentier, on croise ces pauvres porteurs, on souffre pour eux, cette partie est clairement la plus difficile (le reste est en descente et beaucoup moins dangereux).

ijen-15

L'air lui est chargé des émanations des sulfatare et des évaporations du lac. On a préféré ne pas aller plus loin avec Alix, pas question de risquer ses pauvres muqueuses, on voit de toutes façons très bien de là où l'on est.

ijen-16

On voit tout de même mieux d'un peu plus bas. Mes poumons ayant fini leur développement, et rassuré par l'étonnante condition physique des porteurs, porté par un désir ardent de vous documenter la production de soufre, je n'ai pas pu ne pas descendre.

ijen-17

Et là en bas, c'est l'enfer.

Enfin, beaucoup moins que ce que je pensais.
La température est plus chaude bien sur, mais ce n'est pas un haut fourneau. Clairement, les émanations sont plus fortes, mais l'odeur n'est pas aussi désagréable que ce que je pensais.

Si le vent tourne et vous renvoie le nuage en pleine figure, là, d'accord, ça ne rigole pas, vous fermez les yeux (parce que ça pique) et vous retenez votre respiration en espérant que ça passe.

ijen-18

Ils ont bien fait ça. Pour faciliter la récolte du soufre, de long tuyaux ont été placé à la sortie des solfatares pour refroidir les minéraux en vue de les cristalliser.

ijen-19

Elles sont nombreuses, les minéraux de soufre refroidit se déposent un peu partout.

ijen-20

Parfois, les tuyaux sont raccordés à un vieux tonneau de brut.

ijen-21

Un composé orangé, mélange de souffre, d'acides divers se répend à même le sol, coulant vers le lac avant de se solidifier.

ijen-23

ijen-25

Les dépots de soufre ainsi créés seront ensuite cassé à la barre à mine ou à la pelle et remontés. 



ijen-22

 

Le lac au pied des solfatares.

C'est le lac acide le plus acide du monde.

pH de 0,2, probablement plus en cette saison.
Je me suis longtemps posé la question de l'effet de cette eau sur un corps.

J'ai un peu hésité, ne connissant pas la concentration réelle en acide et puis non, je me suis dit que ce n'était probablement pas une bonne idée.

L'eau est belle, mais à mon avis, mauvaise idée d'y faire un plongeon.

DSCF0636 copie2

Si ce n'était pas si difficile d'accès, j'y retournerais bien avec un steak, juste pour essayer.

En tout cas, si vous avez un cadavre à faire disparaitre, il ne sera pas nécessaire de le lester beaucoup (par contre, dans la montée vous aurez tout le temps de regretter votre acte).

ijen-24

 

Une dernière vue sur les blocs de soufre avant de remonter, et c'est reparti pour rejoindre l'air libre. 

ijen-26

Alix a profité de mon absence pour se rendre compte que le gros rocher à ses coté'était du genre friable, elle a passé 30 minutes à y dessiner ave un cailloux. Peut-être que dans quelques millénaires des archéologues essaieront d'interpréter ses messages, allez savoir.

ijen-27

Un dernier regard sur le bord du cratère avant de quitter les lieux et on peut entamer notre descente.

DSCF0656 copie2

Pour se faire payer, les porteurs doivent peser leur charge, un km plus bas que le cratère.

ijen-28

 

 

 

Posté par nick11 à 17:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


16 octobre 2012

Enfin des nouvelles ....

Nous voilà revenus à la "civilisation", nous avons posé nos sacs tout poussiéreux Banyuwangi, juste en face de l'ile de Bali (juste quelques km de mer séparent Java de sa voisine Bali).

solo-1

  

Nous avons "mangé" pas mal de km depuis le dernier post. On vous avait quitté à Jogyakarta, nous avons poursuivi vers Solo (Surakarta) pour visiter, l'Istana Mangkunegaran, la résidence de la deuieme famille aristocratique. Pas mal du tout pour une petite résidence en ville ! C'est gigantesque, ca pourrait etre un peu mieux entretenu mais vu la superficie....


solo-2

solo-3

solo-4

 

Une salle de danse qui a inspiré Alix, une salle de réception pour les VIP avec des décors en ivoire spectaculaires, ... le tout tr'ès intimiste (photos de famille un peu partout, poste de tv en plein milieu d'un salon d'un autre temps,...) puisque la résidence ferme à 14h pour que la famille puisse y vivre "normalement"!

Nous sommes ensuite partis vers un drole de temple en pleine montagne, le Candi Sukuh. Ca grimpe pas mal, le guide annoncait un temple "erotique".... oui, bon comme dit Nico c'est pas ainsi qu'ils vont repeupler le pays ;-) Enfin, quand meme, c'est assez suggestif ! Alix s'est encore trouvée des copines ("foto baby please"... il y a un marché a prendre, on pourrait payer nos vacances si on demandait un dollar à chaque fois qu'on se fait photographier avec la population locale !)


solo-5

solo-6

solo-7

solo-8

solo-9

solo-10

solo-11

 

Plus loin, Grojogan Sewu, une cascade d'une centaine de mètre. Waoui, pas mal mais déjà vu mieux. On était dimanche, donc, c'etait remplis d'indonésiens qui barbotaient (dans une eau douteuse). Alix était contente car dans une de ses histoire de pirate, le trésor est caché dans la cascade... tout une histoire !


solo-12

solo-13

solo-14

solo-15

 

Notre chauffeur (un sexagénaire brulé par le soleil) ayant un sacré probleme pour évaluer les distances nous a conseillé de passer la nuit au bord du lac de Sarangan. Un endroit un peu mort en fin de We quand tous les indonésiens ont terminé leur WE de villégiature (c'est un peu comme la cote belge hors saison ;-) Pas facile de trouver une chambre avec une douche mais on était tellement crados que c'était une obligation! On a fait la connaissance du chef du village (le seul a parler anglais dans le coin). On lui a dit que nous aussi on avait une figure politique dans la famille :-) (bravo pour ton beau score belle soeur, soeurette et tantine !)

La matin, retour sur la route pour rejoindre Bromo. On aurait du faire une série d'arrets en route mais les distances sont tellement incroyables, la circulation est tellement dense et on passe d'agglos en agglos oú il est impossible de pousser une pointe que nous avons du nous résoudre à nous limiter à la visite du site volcanique du Gunung Kelud. Une petite grimpette suivie dúne belle série d'escalier mais pas une coulée de lave en vue. Pour raison de sécurité l'accès au cratère était temporairement fermé.

 

bromo-1

bromo-2

Pas grave, la nuit tombée, nous avons vu notre première "vraie coulée"... magique. Sur la route pour rejoindre Bromo, le Gunung Semeru nous a offert ses entrailles baveuses. Alix était vraiment effrayée, vu la hauteur, la lave semblait couler du ciel... mais c'était magnifique !


bromo-3

Encore quelques km (interminables trajets) pour monter au pied du Gunung Bromo. Nous avons (très peu) dormi dans une charmate auberge à l'allure vaguement suisse et à 3h du matin, debout pour voir le lever du soleil sur l'immense caldeira (10km de diametre) dóu ont surgi trois volcans : le Bromo fumant, le Kursi et la Batok. Je vous laisse apprécier l'evolution au fil des minutes (le jour se lève tres rapidement). Nous avions rejoint un autre sommet pour voir la vue, une belle marche super ardue, dans les cendres volcaniques puis des escaliers interminables (j'ai du secourir un hollandais à deux doigts de l'infar!) puis nous sommes redescendus, nous avons traversé la "mer de sable", dépassé un temple hindou bati au milieu de nulle part puis regrimpette jusqu'au sommet du cratère sulfureux et fumeux. Waouhhhh

bromo-4

bromo-5

 

bromo-6

bromo-7

bromo-8

bromo-9

bromo-10

 

bromo-11

bromo-12

bromo-13

bromo-14

bromo-15

 

bromo-16

bromo-17

bromo-18

bromo-19

bromo-20

 

 

 

 

Alix a fait la ballade à cheval, c'était déjà très difficle pour nous d'avancer dans la poussière volcanique. Je vous laisse juger de son était vu son sourire !


 

bromo-21

bromo-22

bromo-23

En haut du sommet Alix m'a dit : "c'est quand que la girafe sautre dans le trou?"  euh..... ah oui, c'est un relent de la culture "Madagascar" (la girafe doit sauter dans le volcan pour l'appaiser). Enfin, c'était superbe!


bromo-24

bromo-25

 

bromo-26

bromo-27

bromo-28

bromo-29

bromo-30

 

 

bromo-30

bromo-31

bromo-32

bromo-33

bromo-34

 

 

bromo-35

 

On a "congédié'" notre chauffeur un jour plus tot que prévu. Demain, on va par nos propres moyens voir un autre volcan, la Kawah Ijen.

A la prochain pour de nouvelles aventures...

bromo-36

 

Miss S.

 

 

Posté par nick11 à 15:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 octobre 2012

Nouveau pays, nouvelle ville, nouvel(les) appareil (photos).

Comme Sandrine vous l'avait déjà expliqué, j'ai profité de mon premier après midi à Bangkok pour faire un peu de shopping.
Mon précédent appareil photo (pour les mauvaises langues, depuis que l'on voyage, je n'ai eu que deux appareils différents -si on exclu les vieux argentiques, mais ça ça ne compte pas- et un des deux ne fonctionne plus, donc pas la peine de dire "encore un appareil") fait toujours des photos de qualité, mais l'absence de viseur me pose problème, pas pratique et surtout pas agréable de cadrer avec l'écran -en tout cas pour qui aime la photo.

La sortie du fuji xe1 était donc l'occasion rêvée de changer de monture, il vient de sortir à Bangkok, dispo très limitée, mais j'ai pu en avoir un (un des quatre du plus gros mag de photo du MBK, disons le).

Soit, vous vous en foutez j'imagine, mais c'était juste un préambule pour expliquer la qualité peut- être moyenne des photos, faut encore que je m'habitue, mais ça ne derait pas trainer.

Fermer la parenthèse.

 

 

Premièrement, Alix va toujours bien, pas de surprise de ce coté là.

DSCF0018

 

Sandrine, malgrè le fait qu'elle passe la nuit à gémir qu'elle va mourir,  que sa gorge enflée l'empêche d'avaler ne fut ce que sa salive, sa voix devenant de plus en plus faible, garde tout de même le sourire (les choses semblent aller mieux depuis que j'ai retrouvé mon spray de néogolaseptine, et elle a passé la fin de l'après midi à éplucher le catalogue de soins du spa pour faire son choix, ça ne peut qu'être positif, non). 

Pour lui éviter les efforts inutiles, on a parcouru les deux (petits) kilomètres qui nous séparent du Kraton, le palais des Sultans de Yogyakarta, à la force du mollet.
Pas les nôtres mais ceux de notre conducteur de Becak, sorte de tricycle géant, avec de la place pour transporter deux asiatiques. On a tout de même pu  rentrer à 3 avec la poussette, pauvre de lui.

Il n'a pas du avoir facile dans la montée, tellement en fait que je lui ai au final verser plus que le prix défini au départ (j'ai eu du remord, faut dire que négocier un transport sans même savoir quelle distance on va devoir parcourir, c'est étrange)

Mais c'était sympa et il a gardé le sourire.

 

DSCF0022

 

Une fois au kraton, on est accueuilli au son des percussions, un petit orchestre donnant une représentation dans le palais.
Il n'en faut pas plus pour qu'Alix se mette à danser.
 

DSCF0028

 

Le grand pavillon central, au sol de marbre, est richement décoré, les colonnes en teck ornées de motifs rouge et or.

 

DSCF0035

Pour le reste, le kraton renferme divers musées à la mémoire des différents sultants, remplis de moultes artefacts Ô combien intéressants, jugez vous même: les paires de gants utilisés par le sultan pour pratiquer l'équitation, le service à thé de son fils, deux vieux appreils photos du sultant, un service de verre ayant l'air d'avoir fait une vingtaine de passage dans le lave vaisselle sans anticalcaire, etc, etc...

DSCF0040

Mais ne boudons pas notre plaisir, les salles du musée sont climatisées, ça fait toujours plaisir.

L'entretien est assuré par des serviteurs portant le costume traditionnel (d'un autre coté, même dans les rues les gens sont habillés comme ça).

DSCF0043

 

Petite entorse à notre rêglement, Alix n'a pas eu grand appétit depuis notre départ (probablement le décalage horaire), on a donc fait pour une fois l'impasse sur la nourriture saine (faut dire qu'hier on l'a empoisonné avec un saté épicéplus qu'il ne le fallait).

Ce n'est pas comme ça tous les jours rassurez-vous, mais elle a mangé d'un bon appétit en tout cas!

DSCF0057

 

Après ce repas, on est allé visiter le Taman Sari, ancien parc de loisir du Sultan.

On s'est fait accoster par un "guide" et pour une fois, on s'est laissé faire; faut dire qu'il y avait pas mal de marche, un peu d'aide avec la poussette...

Comme souvent, il a proposé de nous prendre en photo.
Et comme souvent, la photo est ratée. Mais en tout petit, ça devarit passer.

DSCF0063

Notre visite a commencé par une mosquée souterraine, en deux étages, les hommes en haut, les femmes en bas. Avec un escalier central au dessus d'un bassin d'ablution.

L'endroit est assez graphique, j'aime beaucoup. En plus, il n'y a pas grand monde.

DSCF0065

yog-3

On est pas les seuls à trouver l'endroit reposant il semblerait.

yog-4

 

yog-5

Notre visite se poursuit, sous un ciel d'un bleu intense.

DSCF0076

 

On arrive dans la partie restaurée du site, où l'on retrouve trois piscines, pour le harem du sultan.

DSCF0080

DSCF0081

 

Si une des femmes était particulièrement en beauté ce jour là dans l'une des deux premières piscine (ou plusieurs, tant qu'à faire, comme dirait l'autre "moi, sultan de Yogyakarta, je choisirais plusieurs femmes en mêe temps..."), le sultan l'invitait à le rejoindre, dans la troisième piscine, privative celle-là, de l'autre coté de sa garçonnière. 

C'est pas mal non plus de ce coté là.

DSCF0084

 

Notons qu'une fois que l'une de ses femmes n'était plus à son goût (les goûts changent, c'est bien connu, à moins que ce soit les femmes qui changent, allez savoir).

DSCF0089

DSCF0092

 

A part cela, beaucoup de fleurs pour le moment dans la région.

yog-2

 

Comme en Thailande, de nombreux étals de réparation improvisés le long des routes, et l'essence pour la mobylette se vend au litre en bouteille.

 

yog-6

 

Voilà pour aujourd'hui.

Posté par nick11 à 14:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

09 octobre 2012

Angine 1 - Sandrine 0

Ayant dédaigné de soigner madame pendant une semaine, ce qui devait arriver arriva, son rhume s'est transformé en angine.
Je n'y peux rien (dit-il), je ne pouvais tout de même pas lui donner les antibiotiques avant qu'elle en est besoin, ce n'est pas le genre de la maison.

bkk-3

bkk-4

 

Soit, ce matin, au vu de sa mine déconfite, le ganglion douloureux palpé et sa presque impossibilité d'ouvrir la bouche, j'ai bien du céder (il faudrait vraiment que je lui donne de ces médicaments réservés au médecin qui nous empêche de tomber malade, ce serait plus simple), toutes les incantations nocturnes sont restées sans effet.

.bkk-5

 

 

bkk-6

Donc, le programme de la journée a été relativement light. En lieu et place d'arpenter la ville de haut en bas, de droite à gauche et du sud au nord, on s'est contenté de rejoindre le Chayo Praya (le fleuve qui traverse la ville) en BTS (metro aérien, notre hotel est directement relié à une station, très pratique), visiter un petit temple rencontré en chemin et prendre le bateau

bkk-7

 

 

.bkk-8bkk-9

Après avoir fait sonner toutes les cloches du temple (à défaut de moulin à prière, Alix a bien du trouver un palliatif), on est allé voir les pigeons manger des carpes (ou le contraire) avant de prendre le bateau (d'abord le mauvais, on a ps fait attention, mais à 3.5 baths la traversée -soit 3.5 anciens francs- l'erreur n'est pas trop grave). 

bkk-10

bkk-11

Celui-là se contentait de traverser le fleuve, et pas le remonter. Alix se doutait bien que quelque chose n'allait pas dans toutes ces manoeuvres!

bkk-12

Le bateau, c'est le moyen le plus lent, le plus bruyant et probablement le moins pratique de se déplacer en ville, mais on l 'apprécie tout particulièrement, un système de bus sur l'eau, on prend l'air (il fait assez chaud, quoi que bien humide -entendre par là qu'à partir de 15h il pleut assez bien), il y a du paysage à voir et ça ne secoue pas trop.bkk-13

 

On s'est promené un peu dans le centre touristique, près du bouddha d'émeraude. Juste un alibi pour pouvoir acheter divers aliments d'une grande qualité culinaire, hum, dans les étals rencontrés chemin faisant. 

Alix ne s'est pas faite prier, quelle surprise.

 

bkk-14

 

Ensuite, Sandrine s'étend mise en tête de s'offrir une antiquité locale, direction le river side gallery.
Sauf que Bangkok n'est pas Kathmandu, les antiquités de qualité ont été vendue depuis longtemps et ce qui reste qui ne date pas de la semaine passée est vendu à prix d'or (genre 350.000 bath la statue qui avait même pas l'air d'époque: "Vous permettez un instant, je vais chercher ma brouette pour le transport, ne bougez pas, on revient, hum...").

 

bkk-15

Retour bredouille donc, mais Alix et moi avons profité du passage pour visiter une exposition temporaire sur les voitures de sport japonaises de jadis.

C'est assez (très) typé on va dire, parfois caricatural, mais on aime bien (oui, et Alix préfère la rouge, moi j'avais une préférence pour la verte, on a pas su trancher, donc on retourne bredouille aussi; par contre, on était d'accord sur la bleue, mais là c'est Sandrine qui n'a pas voulu, même si on rajoutait des autocollants Hello Kitty. Tant pis)

 

.bkk-16

 

Il est déjà temps de rentrer à l'hôtel, on monte dans le premier rickshaw de passage et c'est parti pour une course endiablée dans les rues de Bangkok!

bkk-18

De retour à l'hotel, passage piscine puis on a profité de l'happy hour (à notre étage -avantage de l'étage exécutive- pendant 2h, cocktail, vin et autres, accompagné de diverses mises en bouche toutes sympathiques sont gracieusement offerts par l'hôtel; en général, plus besoin de sortir souper après ça).

bkk-17

Demain, retour à l'aéroport, on vole pour Jakarta, puis Yogyakarta.
Enfin l'Indonésie.

 

 

Posté par nick11 à 15:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 octobre 2012

Indonésie 2012

Il me semble avoir entendu de ci, de là, certains s'étonner que ce voyage ne soit pas très préparé (du genre, vous ne savez pas exactement où vous allez, ni comment...)

 

Je m'insurge, c'est à peu près faux.

 

D'abord l'indonésie, c'est grand.

 

map

 

Très grand même, suffit de comparer la taille de notre vieille Europe (au milieu pour les pas bons en géo) avec celle de l'Indonésie (en gros, quasi toutes les îles entre l'Asie et l'Australie (pour les mêmes, la grosse tache jaune en haut à droite).

Donc, il faut faire un choix, le coup du "Borf, en trois semaines, vous pouvez faire tout le tour", ça ne marchera pas.

Toutes les îles ont leur intérêt:

Sumatra, Java, les Célèbes, Bali, les petites îles de la Sonde, Bornéo, Papouasie, Timor, Nouvelle Guinée, les Moluques... Beaucoup de noms déjà entendus, sans pouvoir pour autant les situer sur une carte.

 

On avait un impératif: Borobudur, Sandrine voulant absolument aller visiter ce site.

Même dans le lonely, ils semblent le présenter comme un incontournable: "Like Angkor Wat in Cambodia and Bagan in MyanmarJava’s Borobudur makes the rest of Southeast Asia’s spectacular sites seem almost incidental."

boro

 

Adjugé. On doit donc au moins aller sur l'île de Java.

 

Alix, de son coté, veut aller voir les montagnes qui crachent du feu. Ca tombe bien, le Bromo n'est pas très loin sur Java.

bromo

 

Ensuite, on avait pas mal de choix. On a d'abord pensé aller sur Sulawesi, s'impregner de leur culture du mort (ils ne le font pas pousser, juste marcher, hum).

Attention, NSFW, à ouvrir à vos risques et péril: http://www.dailymail.co.uk/news/article-2193132/Mummies-dug-change-wardrobe.html

Ca avait l'air bien sympa (je vous invite à vous renseigner sur la culture Toraya, c'est passionnant), mais les températures (c'est juste sous les tropiques) élevées m'ont fait modifier un peu notre trajet.

 

Nous partirons donc vers l'est, sur l'île de Flores, dans un premier temps, et terminerons notre séjour sur Lombok, petite île voisine de Bali.

Entre les deux, un petit arrêt sur Rinca, voisine de Komodo, dire bonjour à ces charmantes petites bêtes.

Varan_de_Komodo1

 

Jusque 3 à 4 mètres de long qu'ils disent.

 

Sur le chemin, on devrait avoir aussi quelques arrêts sympa.
Je compte sur vous pour motiver Sandrine pour faire un arrêt sur cet îlot, c'est sur notre chemin, ça m'a l'air bien sympa, pas cher du tout, mais elle a peur des poissons, on va faire un vote, mais pour deux jours, elle peut faire un effort, non?
En plus, on a acheté un masque de plongée pour Alix et elle l'adore déjà, ce serait fommage qu'elle ne puisse pas s'en servir.

 

 

Je trouve aussi.

En plus, c'est pas cher (autour de 25 euro/jour, petit dej inclu). Bon, à part le soleil et les poissons, il n'y a pas grand chose, mais ça tomberait bien en plein milieu du séjour. Deux jours de glande, ça m'irait très bien à moi ;-)

Je compte sur vous pour la motiver. (au pire, je peux toujours tenter le chantage, si pas de pause Robinson au milieu, pas de super villa piscine à la fin du séjour, ça devrait marcher).

Et non Mathieu, la madame en bikini de la vidéo ne vit pas là à l'année.

 


 

 

Posté par nick11 à 11:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 octobre 2012

J - .... plus très longtemps !

Bonjour à tous,

Désolée de vous avoir laissé sans nouvelles pendant ces longues semaines... vous avez été nombreux à nous le faire remarquer et vous avez raison !

Pour nous faire pardonner, nous vous promettons une nouvelle vague de photos de rêve, des paysages de cartes postales, une grande mini Miss plus intrépide que jamais et un flot de nouvelles aventures.

Et oui, l'heure des vacances d'été a enfin sonné... un peu en décalé comme d'habitude mais l'attente et le plaisir n'en sont que décuplés !

Pas de pronostiques tordus cette fois, je vous livre directement la destination.

Tadam....

...     Nous partons dimanche pour l'Indonésie... enfin, quelques centaines de km en Indonésie... vu la taille du pays et la multitude d'îles, nous ne sommes pas prêts d'en avoir fait le tour !

Avant de rejoindre Java, nous passerons deux nuits dans la cité des anges, Bangkok (3ème séjour pour nous et premier avec Alix).

Mais avant de reprendre nos sacs pour de nouvelles aventures "du bout du monde", nous endossons nos vêtements du dimanche avec un jour d'avance pour partager le bonheur de Nathalie et Christophe. Nous ne sommes pas encore partis !

Bonne nuit à tous,

 

Miss S.

 

 

Posté par Sanpla à 23:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]